Venise et Moïse, un chantier sans fin

Le destin de la Serenissima semble vraiment réserver des surprises infinies. Venise, l'une des plus belles villes du monde, semble s'enfoncer lentement dans la lagune.

Moment du travail du Mose

Nous savons tous que la solution choisie par les autorités compétentes pour traiter le problème des hautes eaux vénitiennes s’appelle Mose, un acronyme qui signifie "module expérimental électromécanique".
Le travail pharaonique est né en 2003 et bien que la grande majorité des travaux soient presque terminés, l'ensemble du travail semble prendre fin au cours des dernières phases, beaucoup plus coûteux que prévu.
Nous parlons aujourd'hui de la fermeture des chantiers d'ici la fin de 2023
, un temps énorme, cependant, qui, à propos, ne parvient pas à convaincre de nombreux observateurs experts comme une date fiable pour la fin des travaux.

Technologie Mose

L’un des plus gros problèmes de ce type de chantier est que la technologie à notre époque évolue et est mise à jour à une vitesse stratosphérique, inimaginable dans le passé, qui dans presque tous les cas transforme des projets de cette ampleur en fiascos annoncés.
Le site technique de Mose a seize ans et de nombreuses solutions conçues en 2003 ont perdu beaucoup de leur valeur et doivent être repensées aujourd'hui, ce qui se traduit par une procrastination stressante et une augmentation des dépenses en termes d'économie, d'énergie et de ressources humaines..

Conséquences des retards

Ce ne sont que quelques-unes des raisons pour lesquelles le leitmotif des autorités locales, s’agissant de répondre aux vexata quaestio en ce qui concerne l'inauguration de l'œuvre et le début de sa fonction, c'est le classique “pas encore mais nous y sommes presque”.
La promesse de la "fin du travail" remonte à maintenant 2011, première date proclamée fin définitive des travaux et fonction de l'œuvre.
Aujourd’hui, au début de 2019, on parle d’un faible pourcentage d’emplois à terminer et de une phase de test de “minimum” 3 ans.
Qui connaît le commerce sait que ces retards et ces retards programmatiques dans les travaux se traduisent par des dépenses de plusieurs millions d’euros et par la difficulté de trouver des entreprises qui ne sont pas réalisables pour prendre en charge les travaux et les exécuter, qui prend finalement la forme d’une véritable épreuve pour les résidents.
Le travail n'est pas encore terminé et il s'agit déjà de gérer la maintenance des machines et des parties du travail qui n'ont jamais démarré.
Il y a beaucoup de pressions sur le site: de l'aspect sécurité à l'aspect non négligeable de la durabilité environnementale.
Pour le moment, les nouvelles dates proposées par la direction actuelle restent à marquer sur le calendrier: la date est 2023.