Un voyage à la rencontre de la sagesse de l'esprit humain

Insondable, indéfinissable, mystérieux et pourtant tellement béton et variable, parfois plus que le sujet lui-même auquel il a été opposé par des penseurs, l'esprit humain il est caché et en même temps il a évité tant de fois des formes culturelles et des définitions qui ses recherches semblent destinées à rester pérennes.
Luca Basto, avec son projet Voyage-documentaire “Vent de mistral”, il aborde ce thème avec sa tentative de dépeindre l'esprit humain de manière artistique, à travers un documentaire sur certaines des dernières tribus encore en contact direct avec la nature et avec une connaissance spontanée et directe du monde.
Nous voyons, avec l’auteur, saisir quelques détails de ce projet, son origine, sa définition de l’esprit humain, son but.

Luca, ton projet “Vent de mistral” prend forme à travers deux approches principales, celle du documentaire et celle du naturopathe. Quel est votre background?

Quant à la carrière de documentaire, ma formation est autodidacte. À 18 ans, j'ai acheté mon premier appareil photo et à partir de ce moment-là, à l'âge de 35 ans, je me suis consacré à la création de vidéos qui expriment et reflètent au maximum la beauté et la profondeur de la nature.
Ces dernières années, j’ai eu l’occasion d’investir dans des équipements plus professionnels, ce qui me permet de réaliser des tâches plus sophistiquées. Quant à mon parcours de naturopathe thérapies manuelles pratiques depuis l'enfance. Au cours de ma croissance, j'ai étudié les différentes branches de cette science que je jugeais nécessaires pour comprendre ce que je percevais dans la pratique des thérapies..
À l'âge de 26 ans, j'ai commencé à étudier dans des écoles de naturopathie à Grenade et j'ai obtenu des diplômes en thérapie crânienne et sacrée, intégration fasciale, chiromassage, massage relaxant, massage sportif et massage thérapeutique. J'ai assisté à des stages sur les différentes branches de la réflexologie et du shiatsu, mais je reconnais mon plus grand entraînement à ce qui m'a transmis le contact avec la nature, à travers lequel j'ai développé toute la sensibilité que j'utilise pour aider les gens à se guérir.

Cela semblerait un long et intéressant voyage. Qu'est-ce qui vous a inspiré pour monter votre projet?

“Vent de mistral”, considéré dans son ensemble, il est né et s'est développé au fil des ans naturellement, parallèlement à mon développement personnel, spirituel et artistique.
La musique que je compose avec les différents artistes, les vidéos que je réalise dans les différents lieux naturels que je traverse et les différents sujets scientifiques que je suis en train d’étudier permettent de mieux travailler sur les deux documentaires que je réalise (“l'âme de la terre” et “la mémoire des civilisations”), font partie d'un seul message que j'adresse aux gens: reconnaître la profondeur complexe de la vie pour identifier la sienne dans ce miracle.
Quant à ce qui m'a inspiré pour entreprendre la recherche “la mémoire des civilisations”, la réponse est la foi que je place dans la sagesse que l'humanité a accumulée le long de son chemin, à la fois physiquement et spirituellement. Le but est montrer au monde ce que les racines de l'humanité doivent nous apprendre. Diffuser des méthodes de guérison, des remèdes naturels et des techniques de purification visant à l'auto-guérison.

Vous avez déjà un horaire de voyage défini?

Le voyage commence par le continent africain, qui doit ensuite se déplacer sur d'autres continents, sous des latitudes différentes, afin d'observer les effets du climat sur différents types de soins.. Je traverserai: le Sénégal, la Gambie, le Kenya, le Pérou, l'Équateur, la Bolivie, le Cambodge, le Tibet et l'Alaska vivre avec les tribus indigènes pour intérioriser ce que je vais devoir communiquer à travers des documentaires.
Il s'agit de une recherche que je vise à réaliser sur 5 ans, pendant lequel je produirai et publierai des vidéos, des photos, de la musique et des documentaires. À la fin de la recherche (à travers tous les pays énumérés), je produirai le documentaire complet dans lequel toutes les tribus que j'aurai eu l'occasion de connaître et d'expérimenter seront présentes: “La mémoire des civilisations”.

Comment pouvez-vous soutenir votre projet??

Toutes les personnes intéressées par cette recherche pourront la soutenir faire un don sur mon site www.ventomaestrale.com. En fonction de leur don, ils recevront chez eux de petites œuvres Des artisans sardes ont fait un don pour cette cause, En outre, toutes les personnes qui aiment voyager et qui apporteront un certain soutien à la recherche seront en mesure de viens me voir dans le pays où je suis pour la durée de 10 jours dans la courte période que je consacrerai à recevoir des visiteurs.


Lire aussi Le voyage en thérapie >>