Vaccins obligatoires en Italie (mise à jour de la dernière loi de 2017)

  • introduction
    • Qu'est-ce qu'un vaccin
  • Pourquoi se faire vacciner
  • Quand ne pas vacciner
  • Effets secondaires du vaccin
  • calendrier
  • Foire Aux Questions
    • Il est plus sûr de contracter la maladie ou de se faire vacciner?
    • Il est vrai que les vaccins causent l'autisme?
  • Sources et bibliographie

introduction

Avec la mise en œuvre du décret-loi du 7 juin 2017, n. 73, la liste des vaccins obligatoires en Italie a été mise à jour, elle est aujourd'hui 10 (suite à un amendement les réduisant par rapport aux 12 initiaux):

  1. anti-poliomelitica;
  2. anti-diphtérie;
  3. anti-tétanos;
  4. anti-hépatite B;
  5. la coqueluche;
  6. anti Haemophilusinfluenzae de type B;
  7. la rougeole;
  8. rubéole;
  9. les oreillons;
  10. varicelle.

Les vaccins obligatoires sont tous gratuits selon la loi, même si la nécessité de récupérer les vaccins non effectués se fait sentir..

Il n'est évidemment pas nécessaire de recourir à 10 ponctions, comme:

  • 6 vaccins peuvent être administrés simultanément à l'administration de ce que l'on appelle l'hexavalent:
    • polio,
    • diphtérie,
    • antitétanique,
    • anti-hépatite B,
    • coqueluche,
    • anti-Haemophilus Influenzae de type b;
  • 4 vaccins peuvent être administrés simultanément par l'administration du quadrivalent:
    • rougeole,
    • rubéole,
    • oreillons,
    • varicelle.

Au lieu de cela, ils deviennent recommandé les 4 suivants:

  • anti-méningocoque B,
  • anti-méningocoque C,
  • vaccins antipneumococciques,
  • antirotavirus (administration orale).

Qu'est-ce qu'un vaccin

Les vaccins sont des "préparations administrées par voie parentérale ou orale pour induire une immunisation contre certains types de micro-organismes". En termes simples, nous pouvons les imaginer comme des médicaments administrés par

  • préparations orales (comprimés, gouttes, ...),
  • injections,

qui permettent au corps d'apprendre à se défendre contre cette maladie spécifique; en entrant en contact avec celle-ci de manière contrôlée, nous pouvons donner le temps et la possibilité au corps de construire les défenses spécifiques nécessaires, sans développer la pathologie.

Nous pouvons diviser les vaccins en trois types différents:

  • Vaccins vivants atténués, préparés à l'aide de bactéries / virus vivants, mais traités de manière à réduire leur pouvoir pathogène (c'est-à-dire à les affaiblir); L'avantage de ces formulations est que la réponse du corps est obtenue en chevauchant la réponse naturelle. Cette catégorie comprend les vaccins contre la rougeole, la poliomyélite et la fièvre jaune.
  • Vaccins inactivés: ils contiennent des bactéries / virus complètement privés de la capacité de provoquer l'apparition de la maladie. Ils sont généralement plus sûrs que les précédents, mais nécessitent souvent un ou plusieurs rappels (par exemple, le vaccin antigrippal, anticolérique et anti-hépatite A)..
  • Vaccins purifiés avec des sous-unités ou des antigènes synthétiques: formulations contenant des fractions de molécules (généralement des protéines) des micro-organismes cibles de la vaccination (par exemple anti-toux et anti-hépatite B).

Outre la protection du sujet, cet important décret a pour objectif d’atteindre et de maintenir le seuil de couverture de 95% indiqué par l’OMS comme objectif minimum pour garantir le soi-disant effet de troupeau et ainsi protéger les sujets fragiles de l’infection. où les vaccins peuvent effectivement être contre-indiqués.

Illustration de l'effet de troupeau dans la population (Instituts nationaux de la santé (NIH) - Immunité de la communauté (Immunité "du troupeau"), Domaine public, Connexion)

Dans l'image, nous pouvons apprécier et mieux comprendre l'effet du troupeau:

  • en bleu nous avons des enfants non vaccinés,
  • en jaune nous avons vacciné des enfants,
  • en rouge, nous avons des enfants atteints d'une des maladies contagieuses.

Dans la première image ci-dessus, il n'y a pas d'enfants vaccinés. Les quelques cas de maladie causeront une propagation rapide dans la majorité de la population..

Dans la seconde image, nous ne trouvons à la place que quelques sujets vaccinés, qui seront donc les seuls protégés de la propagation de la maladie et qui se produiront rapidement, comme dans le premier cas..

Dans la troisième image, nous pouvons enfin apprécier l’utilité de l’effet de troupeau; les enfants vaccinés dépassent les 95%. Ainsi, malgré la présence de quelques cas de la maladie, celui-ci ne pourra pas se propager et les quelques enfants que je ne pourrai pas vacciner pour des raisons de santé (par exemple en raison de tumeurs graves) le seront quand même. protégés de l'infection car ils ne risquent pas d'entrer en contact avec l'agent pathogène responsable (virus).

Pourquoi se faire vacciner

Une distribution généralisée des vaccinations permet:

  • réduire le nombre de personnes infectées par des maladies évitables, avec des effets évidents et bénéfiques en termes de prévention des complications et de réduction de la mortalité;
  • réduire le nombre d'admissions à l'hôpital;
  • protéger les personnes qui ne peuvent pas avoir accès à la vaccination pour des raisons de santé;
  • éradiquer la maladie, c'est-à-dire permettre d'éliminer les cas présents sur le territoire et ainsi de stopper définitivement leur propagation (comme cela a déjà été fait pour la polio, la diphtérie, ...).

Enfin, nous vous rappelons que, dans le cas des enfants, il est indispensable de respecter scrupuleusement les vaccinations obligatoires pour pouvoir s’inscrire à l’école et que le non-respect de cette disposition sera puni de sanctions financières; la loi prévoit le caractère obligatoire des 10 vaccins pour la scolarisation jusqu’aux deux premières années du lycée (16 ans).

Quand ne pas vacciner

Ils sont exemptés de vaccination:

  • sujets naturellement immunisés, c'est-à-dire ceux qui ont déjà contracté la maladie et développé une résistance (mais en cas de doute, la vaccination n'est ni dangereuse ni contre-indiquée);
  • les sujets pour lesquels, se trouvant dans des conditions cliniques spécifiques (par exemple, déficit immunitaire dû à des pathologies tumorales, chimiothérapie, greffes, ...) attestés par le médecin, les risques excéderaient les bénéfices.

La vaccination peut éventuellement être différée dans le cas de maladies aiguës transitoires, telles que la grippe ou la bronchite.

Effets secondaires du vaccin

Comme tous les médicaments, les vaccins peuvent également provoquer des effets indésirables, mais il convient de souligner que toute la littérature scientifique confirme le fait que les risques sont nettement inférieurs à la probabilité de développer des complications suite à l'infection par la maladie.

Les effets indésirables les plus courants sont généralement légers, tels que

  • rougeur, douleur et gonflement au site d'injection,
  • légère fièvre,
  • se sentir malade.

Ce sont des troubles destinés à disparaître dans quelques jours au plus; les effets indésirables plus graves, tels qu'une réaction allergique grave, sont très rares et les médecins responsables des vaccinations sont dans tous les cas formés à les reconnaître et à intervenir rapidement.

En cas de symptômes anormaux dans les jours qui suivent la vaccination, il est recommandé de consulter le pédiatre..

calendrier

Première année de vie

Le calendrier de vaccination est disponible sur le site Web du ministère, mais essayons d'approfondir la logique qui a guidé la rédaction.

La première année de la vie est une étape fondamentale dans l’administration des cycles de base contre certaines des maladies évitables les plus importantes:

  • aux troisième et cinquième mois de la vie, nous procédons à l'administration obligatoire du vaccin hexavalent (diphtérie, tétanos, coqueluche, poliomyélite, Haemophilus influenzae de type B, hépatite B).

Le ministère recommande de procéder dès que possible à la première administration à partir du troisième mois (à compter du 61e jour de la vie), afin d'offrir une prévention efficace contre la coqueluche (liée à un taux plus élevé de complications graves). combien moins l'âge du sujet affecté).

Simultanément à la vaccination hexavalente, mais pratiquée dans l’autre cuisse, la vaccination contre le pneumomocoque, autre agent responsable de formes dangereuses de méningite et de pneumonie, est vivement recommandée..

Comme le méningocoque B affecte l'administration surtout pendant les deux premières années de la vie inscrit des 3 doses initiales est recommandé au cours des 12 premiers mois; pour réduire le risque de complications, même minimes (plus que les autres fièvres), on procède généralement à des jours différents de ceux de l'hexavalent.

La vaccination contre les rotavirus, responsable de la gastro-entérite gênante chez les enfants, et administrée par voie orale, consiste en 2 ou 3 doses (selon le vaccin utilisé) à compléter dans les 8 mois de la vie..

Deuxième année de vie

Au cours de la deuxième année, un autre appel est lancé. obligatoire de l'hexavalent vers les 11-13 mois de la vie et peut-être ceux recommandés de:

  • méningocoque b,
  • pneumocoque.

Toujours parmi les obligatoire ne pas oublier

  • la première dose relative à la vaccination contre la rougeole, les oreillons, la rubéole et la varicelle, à effectuer normalement entre le 13e et le 15e mois);

La vaccination recommandée contre le méningocoque C est également proposée entre le 13e et le 15e mois de la vie (ou le tétravalent plus complet A, C, Y, W135, afin d’étendre la protection à davantage d’agents capables de provoquer une méningite).

Avec l'aide de spécialistes en ASL, une co-administration éventuelle sera évaluée afin de réduire le risque d'effets secondaires..

5-6 ans (enfance)

Pendant l'enfance, nous procédons au rappel des vaccins importants obligatoire:

  • quadrivalente contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche et la poliomyélite;
  • quadrivalente contre la rougeole, les oreillons, la rubéole, la varicelle (qui peut également être fait simultanément).

adolescence

Parmi les obligatoire nous rappelons la recommandation du rappel pour:

  • quadrivalente (diphtérie, tétanos, coqueluche et poliomyélite) utilisant des vaccins avec des doses pour adultes;
  • quadrivalente contre la rougeole, les oreillons, la rubéole, la varicelle, si elle n’a pas été réalisée ou complétée précédemment.

Enfin, le rappel recommandé pour le méningocoque C (ou éventuellement les tétravalents A, C, Y, W135) reste inchangé..

Vers la douzième année de vie, le vaccin anti-HPV est proposé depuis quelques années afin de réduire la propagation de maladies apparentées (telles que le cancer du col de l’utérus); en fonction de l'âge et du vaccin choisi, 2 à 3 doses doivent être administrées sur une période de 6 mois.

Foire Aux Questions

Il est plus sûr de contracter la maladie ou de se faire vacciner?

Les données sont sans équivoque: une des conditions préalables à l’approbation d’un vaccin est que les risques associés soient nettement inférieurs à ceux qu’une personne en bonne santé court en contractant la maladie. À cet égard, il convient de rappeler que les maladies considérées généralement comme inoffensives, comme la rougeole, sont en réalité liées au risque de complications graves, telles qu'une invalidité permanente ou le décès (1-1000 cas selon le CDC américain).

Il est vrai que les vaccins causent l'autisme?

Non ce n'est pas vrai. Pour en savoir plus, nous vous recommandons de lire cet article.

Qu'est-ce que la vaccinovigilance?

Sources et bibliographie

  • Circulaire d'information du ministère