Vin rouge sans sulfites

en vin rouge que vous buvez sont ajoutés des quantités variables de dioxyde de soufre. Cet ingrédient est ajouté à différents aliments, tels que les fruits secs. Si vous pensez ne pas ingérer dioxyde de soufre parce que cela n'est pas mentionné parmi les ingrédients de étiquette, regarde mieux! Il est indiqué avec les initiales E220. La question de sulfites dans le vin rouge et dans certains aliments, il a attiré l'attention de plusieurs chercheurs.

L 'dioxyde de soufre, SO2, est utilisé comme agent de conservation dans les aliments et comment agent antimicrobien et antioxydant dans le processus de vinification. La plupart d’entre nous tolérons généralement l’ingestion d’une quantité minimale de SO2 mais chez certains sujets, la substance peut provoquer des réactions allergiques ou des maux de tête. Pour les éviter effets collectifs, en Allemagne, le projet a été promu so2say, dirigé par le centre de recherche appliquée à but non lucratif TTZ Bremerhaven.

Le centre a pu identifier unalternative naturelle aux sulfites, Ce sont deux composants naturellement présents dans le vin. Avec l'association de ces deux substances, la présence de dioxyde de soufre en vin pourrait être réduit de plus de 95%. Comme dans tous les domaines, des tests et des expériences sont nécessaires avant la commercialisation. cependant, le projet a pris racine en juin 2009, le composé est donc dans une phase de retournement et le vin qui le contient a déjà été goûté en Grande-Bretagne, en Espagne et en Allemagne. la vin contenant la nouvelle additif a été déclaré "bon"Au moins autant que l'analogue sulfites.

En mai 2012 beaucoup de a été mis en bouteille vin rouge contenir le nouveau additif. Ce lot sera ouvert en janvier 2013 et testé à nouveau si, comme prévu, les tests effectués aboutissent, si les procédures sont terminées quatre mois plus tard, si la faisabilité technique du nouvel extrait est démontrée et si les autorisations nécessaires sont obtenues. commercialisation.

Le projet a été financé par la Commission européenne et dispose d'un budget total de 4,1 millions d'euros entre 2009 et aujourd'hui. Le projet a vu la participation active de nombreux centres de recherche mais également d’entreprises intéressées par la production de vin bio dépourvu de sulfites.