Un peu d'Italie dans le projet Gorgone

Le fonctionnement des scanners laser Redscan pour la protection du module Gorgon

Il y a tellement de travail italien dans le Projet Gorgon, le nouveau usine d'extraction et de liquéfaction de gaz naturel (GNL) des réserves de gaz situées au large de la côte ouest de l’Australie. L'un des composants les plus importants de l'usine, le premier des cinq modules pour la production d'électricité, a été construit dans des usines GE Oil & Gas (Groupe General Electric)la Quartier Avenza, à Massa Carrara.

Le module industriel, un géant technologique pesant 2300 tonnes, 28 mètres de haut, 50 mètres de long et 21 de large -dans la pratique la taille d’un bâtiment de 8 étages - il est parti ces derniers jours pour l’Australie après s’être arrêté dans le port de Carrare pendant quatre jours quarantaine.

La quarantaine, pour cette raison, était nécessaire pour éviter d'endommager bactéries nocives la floredell 'Barrow Island, sur lequel le système sera installé, un réserve naturelle vierge à partir de 8000 ans.

Vu l’importance des enjeux, tant de précautions ont été prises. L’objectif de la protection absolue dans cette phase de quarantaine extrêmement délicate, où intrusion dans la zone de récupération aurait causé de graves dommages à l’ensemble de l’opération, a été obtenu avec l’utilisation de quatre scanner laser pour des applications à sécurité maximale.

Ces scanners laser, du type REDSCAN et fourni par HESA, ce sont des appareils de la taille de seulement 30 centimètres et faciles à installer, capables de créer un vrai mur électronique. Le scanner effectue essentiellement un balayage incessantde la zone à contrôler et en utilisant un algorithme particulièrement sophistiqué peut détecter la distance,la taille, la forme, la vitesse et la direction d’un sujet en mouvement, en reconnaissantanimaux domestiques, personnes et objets.